Photographe

Dernier hommage

Capture d’écran 2013-10-01 à 20.14.09

 

(Le Pays, 17 janvier 2005, match Sochaux/b – AS Yseure)

Toi et moi, c’est une longue histoire.

Tu as fait parti de mon quotidien dès mon plus jeune âge.
Je me souviens de toi le matin, et de la confiture sur tes pages.
De voir mes parents plongés dans tes cahiers, tu m’as vite intrigué.
Alors je m’y suis intéressé, et un jour, l’envie folle m’a prise de collaborer.
Ton équipe accueillante, dynamique, ouverte et marrante m’a donné mes chances.
Les week-ends photos marathon avec matchs, tournois, compétitions et manifestations sont des souvenirs auxquels encore je pense.

La boule au ventre, la pression du timing, le souci de faire toujours au mieux, les bouclages tardifs et surtout la joie de voir ses photos publiées sont des moments que je ne peux pas oublier.
Et il y a eu Sochaux. Grâce à toi, j’ai pu photographier ses matchs à Bonal, aux premières loges avec l’envie de faire comme les pros. La concurrence positive, la dureté du métier, la nécessité de se démarquer, voilà ce que j’ai pu découvrir au fil des années passées sur ces terrains gazonnés.
Et puis, il y a eu des « récompenses » surnaturelles, dont cette publication à la Une du journal L’Equipe. Et puis d’autres. Et l’idée que cette passion se transforme en métier a germé. Certes, je me suis après un peu écarté mais sans pour autant t’oublier.

Il y a quelques temps, je t’ai senti partant. Mais tu as fait comme si de rien n’était. Peu savent en effet que tu as subi une amputation d’EBRA qui aura eu raison de toi. Une fouttu maladie qui t’aura fait perdre de ton crédit. Dans les dernier temps, tu n’étais même qu’une pâle-copie de ton concurrent. Pourtant, les médecins assurent qu’une paire-fusion servira à te remettre d’aplomb. L’avenir nous le dira, mais je n’y crois pas.
Pour moi, aujourd’hui 1er octobre 2013, tu nous as quittés. Et je ne suis pas le seul à être attristé.

Les rencontres, les connaissances et les amis d’aujourd’hui sont ce qu’il restera de toi. Sans oublier, les nombreux souvenirs, et l’essence même du métier que tu m’as fait découvrir.
Ce soir, je t’écris ces mots, huit années après m’avoir publié ma première photo.
Cette longue histoire avec toi s’arrête donc là, mais crois-moi, je ne t’oublierai pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s